Martin Diakité : Je n’y crois toujours pas même si on ne sait pas de quoi est fait l’avenir

Il a vécu une année 2017 presque exceptionnelle. Souvenez-vous, Martin Diakité a intégré le centre de formation de l’Hermine de Nantes en septembre 2016, dix mois plus tard il participait déjà au championnat du Monde U19 avec le Mali, une participation qu’il a réalisé avec deux ans d’avance mais ce n’est pas pour autant que ce jeune meneur a pris la grosse tête. Humble et la tête sur les épaules, Martin Diakité se concentre sur l’avenir et passe les étapes une par une comme il nous le dit plus bas dans l’interview. Encadré par l’ancien professionnel Paccelis Morlende, ce jeune Franco-Malien ne croit toujours pas en ses chances de devenir professionnel mais il nous rappelle bien que l’avenir est toujours incertain et qu’il saisira l’opportunité quand elle se présentera. Avant de penser à un éventuel passage chez les professionnels, Martin Diakité pense à sa carrière personnelle dans le monde des Kinésithérapeutes, un objectif personnel que compte bien réaliser notre jeune homme. Passé de nombreuses fois sur le site, Martin Diakité nous reste fidèle et a accepté une nouvelle fois de répondre à nos questions.

 

« On n’est pas loin du Top Mondial. »

-L-S-E-P-I : Bonjour Martin, comment vas-tu ? Notre dernière interview date d’il y a un an désormais, énormément de choses ont changé telles que ton rôle en U18 France et ton championnat du Monde avec le Mali, on sent une réelle progression et une maturité grandissante au fil des matchs, peux-tu nous donner ton avis sur cette situation ? 

M.D : Salut, ça va très bien ! Dès cet été j’ai ressenti un grand changement avec ce championnat du Monde auquel j’ai participé avec le Mali qui m’a donné plus confiance confiance en moi et dans mon jeu. Tu parles de maturité et je le sens bien. Je me sens mieux dans ma tête. Avoir joué contre des équipes avec autant de renommées ça fait du bien. Puis passé de deuxième année à troisième année cela donne plus de temps de jeu et tu joues différemment avec de la responsabilité et moins de stress, tu es un peu en position de confort. Les mots clés à retenir seraient bonheur et plaisir depuis cette expérience magique l’été dernier qu’on a pu retracer dans notre carnet de route tous les deux. Maturité et progression avec les nouveaux coachs et ce nouveau rôle donc oui j’ai gagné en maturité et en confiance.

Revenons sur le championnat du Monde que tu as réalisé en étant surclassé, avec un recul sur cela, quelle morale ou quelle expérience en tires-tu ? 

J’ai pris beaucoup de recul depuis la compétition. Au moment où tu le vis tu te rends pas compte de la chance et du caractère exceptionnel qu’a ce championnat du Monde. Avec deux ans d’avance cela me donne envie d’y retourner et c’est pour cela qu’on va essayer de rééditer l’expérience en 2019. La morale est que, si je ne m’abuse, on n’est pas loin du Top Mondial. Avoir côtoyé des mecs de NCAA etc tu te dis qu’avec beaucoup de travail ce n’est pas inaccessible que cela même si c’est un niveau énorme.

L’un de tes adversaires, RJ Barrett, vient d’intégrer la grande université de DUKE, qu’est-ce que cela te fait de savoir que tu as joué face à une grande pépite du basketball mondial ? 

Cela ne m’étonne pas qu’il ait intégré une grande université. Il n’a pas beaucoup joué contre nous au premier match mais c’est un 2000 également et tu vois les performances qu’il a réalisés notamment en demi-finale contre les USA. C’est sûr que ça fait plaisir de jouer contre des mecs qui seront sûrement draftés même si ce n’est pas le seul qui le sera. Cela fera des souvenirs quand on les verra évoluer en NBA.

Martin Diakité 1

« C’est dans le dur que se construit une équipe. »

On revient à la saison 2017/2018, ton rôle a changé puisque tu es devenu le meneur titulaire et ton physique a beaucoup évolué, tout cela est venu d’un déclic ? 

Mon rôle a changé c’est sûr, passer de deuxième meneur à premier alors les responsabilités changent. Tu dis que mon physique a évolué mais je ne pense pas mais peut-être que dans mon style de jeu ça se ressent plus, il y a aussi l’âge mais je ne pense pas. Un déclic ? Je ne sais pas. Avec le jeu d’Arnaud, coach N3, qui est agressif c’est un aspect qui manquait à mon jeu donc j’ai progressé. J’ai bien pris conscience que j’étais en centre de formation et que je ne vaux pas moins qu’un autre. On peut finalement parler de déclic oui.

Première partie de saison compliquée avec une deuxième place arrachée grâce aux goal-average, quel bilan en as-tu tiré ?  

Première partie de saison compliquée avec la défaite face à Angers, on n’est pas passé loin de la poule basse. Donc première partie compliquée mais on tient un bon bilan car on a été confronté à des matchs difficiles et à enjeu, cela nous a soudés. C’est dans le dur que se construit une équipe donc ce n’est pas si négatif.

Il fallait fluidifié la cohésion de groupe et s’imprégner du nouveau coach ? 

L’intégration s’est faite rapidement.

Paccelis Morlende est l’entraîneur adjoint des U18 France, avoir un ex-professionnel en tant que « maître » n’est que positif ? 

Paccelis Morlende est un meneur avec un palmarès important, c’est énorme ! Ce n’est que du positif, il donne des conseils et est très proche de nous. J’écoute et j’essaie de prendre le maximum surtout sur les Pick and Roll, un aspect de mon jeu que je travaille énormément et je fais des progrès grâce à lui. C’est très positif et je suis plus que content car cela m’apporte que des bonnes choses.

Martin Diakité .jpg

« Je n’y crois toujours pas même si on ne sait pas de quoi est fait l’avenir. »

Quelle relation entretiens-tu avec tes entraîneurs ? 

Avec mes entraîneurs dont Paccelis Morlende, on entretient une très bonne relation. Il n’y a aucun soucis car sur tous les plans je suis content de travailler avec eux. Je me plais beaucoup.

Lors de notre première interview, tu disais ne pas croire en tes chances de percer dans le basketball, depuis cela, ton avis a-t-il changé ? 

C’est vrai que je disais ça mais mes chances de percer dans le basketball je n’y crois toujours pas même si on ne sait pas de quoi est fait l’avenir. Je n’ai pas encore fait un match avec les N3 donc il faut garder les pieds sur terre, savoir ce que je fais et surtout ce que je veux donc je continue de travailler. C’est sûr que d’y avoir goûté en jouant face à des mecs de NCAA cela m’a donné envie car ils n’étaient pas si supérieurs que cela mais je ne te dirais pas que demain j’y crois dur comme fer mais je travaille pour essayer de jouer en N3, je prends étape par étape.

Quels sont tes objectifs ?

Je ne me fixe pas plusieurs objectifs, comme je t’ai dit je prends un par un. c’est comme ça que ça se construit car je suis passé de cadet région à inter région puis au niveau France donc le prochain objectif est d’intégrer l’effectif de la N3 avec Arnaud car je me sens bien avec ce coach et je sais qu’on peut énormément travailler et progresser. C’est l’objectif que j’ai pour l’instant, c’est la première étape.

D’autre part, tu as été élu « Meilleur sportif du CENS », que représente cette récompense pour toi ? 

J’ai remporté la victoire scolaire et sportive du CENS, cela représente du positif car c’est un sport où il n’y a pas énormément de récompenses individuelles. C’est sûr que c’est gratifiant mais il ne faut pas oublier que c’est scolaire et sportif. Il faut juste savoir allier le sport et les études mais bon c’est le couronnement d’une année 2017 pleine de surprises avec l’intégration du centre de formation et les championnats du Monde, c’était presque inespéré. Année plutôt bonne pour moi donc c’est gratifiant et c’est toujours sympa.

Pour finir, que pourrions-nous te souhaiter de mieux pour la suite ?

Qu’est-ce qu’on pourrait me souhaiter de mieux pour la suite ? Niveau basketball, intégrer la N3 et continuer à progresser. Sinon côté personnel, j’ai déjà validé mon S1 pour l’école de kiné donc valider le S2 serait souhaitable, c’est en tout cas un objectif personnel.

 

Kentin

Photos : Fiba (Photo de couverture) ; Laure Dumont-Bogaert (1 & 2)

Une réflexion sur “Martin Diakité : Je n’y crois toujours pas même si on ne sait pas de quoi est fait l’avenir

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s